L’Économie, c’est nous

Pour un savoir citoyen

Érès, Toulouse, 2006, 152 p, 15 €

Article publié à l’origine dans la Revue du MAUSS semestrielle n° 27

Dans le sillage de la dénonciation de l’autisme de la science économique (cf. les éconoclastes) et des brillantes critiques qui lui ont été adressées, outre celles de S. Latouche, B. Maris, R. Passet et quelques autres, il faudra aussi compter avec celle de Ch. Arnsperger, excellent connaisseur de la littérature anglo-saxonne, plus qu’on ne l’est habituellement en France. Contre des critiques trop faciles de la science économique, C. Arnsperger explique que le problème posé par la science économique, ce n’est pas « qu’elle modélise et légitime le capitalisme, c’est qu’elle n’en parle absolument pas » [p. 145]. Vrai et faux. Vrai, bien sûr, si l’on veut dire par là, comme l’auteur, qu’elle laisse dans l’ombre les phénomènes de pouvoir et d’oppression.

Alain Caillé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 13 février 2007 Pour citer cet article : Alain Caillé, « L’Économie, c’est nous, Pour un savoir citoyen », Revue du MAUSS permanente, 13 février 2007 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?L-Economie-c-est-nous
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette