Communications n° 78

« L’idéal prométhéen »

Coordonné par François FLAHAULT, 2005, 268 p., 16 €.

Publié dans le n° 28 de la Revue du MAUSS semestrielle (2e sem. 2006)

Lutter contre la démesure suppose d’abord de comprendre ce qui nous attire comme irrésistiblement en elle. Son moteur le plus puissant en Europe a sans doute été l’idéal prométhéen, dont F. Flahault retrace en introduction la généalogie et montre le rapport étroit qu’il entretient avec le nihilisme et l’idéal de destruction – « seule véritable expérience de l’infini (au sens littéral d’illimité) qui soit accessible à l’humanité », écrit-il page 26 en commentant Netchaïev, archétype de l’homme de la destruction. Si l’homme doit tout construire, tout produire – à commencer par lui-même –, c’est parce que « naturellement », ontologiquement, il est supposé n’être rien. Mais « si l’homme n’est rien, on ne voit pas comment il pourrait par lui-même s’arracher à ce rien » [p. 44].

Alain Caillé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 20 avril 2007 Pour citer cet article : Alain Caillé, « Communications n° 78, « L’idéal prométhéen » », Revue du MAUSS permanente, 20 avril 2007 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Communications-no-78
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette