La mort de mon grand-père.
Grandeurs et misères d’une génération. Grandeurs et misères du Québec

Publié avec l’aimable autorisation de la revue Le Devoir].

Après les souvenirs de la vie d’autrefois à Peyriac-Minervois (http://www.journaldumauss.net/spip.php?article858), voici ceux que François Gauthier nous livre après le décès, survenu au printemps 2011, de son grand-père et la disparition de toute une génération québécoise.

Mon grand-père est mort en ce printemps. Il a été, de son vivant, aimé et respecté de tous. Il est né en 1926 dans une famille dans une famille d’une dizaine d’enfants qui s’était établie au « Royaume » du Saguenay après avoir parcouru le Québec de la Charlevoix à l’Abitibi en quête de subsistance. Il maria ma grand-mère très jeune, comme il se doit, et passa avec elle la totalité de son existence. Atteinte d’Alzheimer récemment, elle ne survivra sans doute pas très longtemps à sa mort. Ils eurent eux-mêmes sept enfants, dont la première, ma mère, fut née en 1950. Mon grand-père appartient donc à cette génération des parents des baby boomers, et c’est cette génération charnière entre la tradition et le Québec dit moderne qui s’éteint avec lui...

Pour lire la suite, télécharger le fichier en pdf :

PDF - 375.2 ko

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette