La Revue du MAUSS semestrielle n°34. Que faire, que penser de Marx aujourd’hui ?

Présentation de l’éditeur

Que peut-on et doit-on conserver de Marx ? Se poser cette question, c’est se demander ce qu’il nous est (encore) permis d’espérer. Si Marx a eu l’importance historique que l’on sait, c’est parce qu’il est celui qui a su lier l’aspiration au savoir absolu à l’émancipation universelle. Mais au prix de contradictions et d’impasses qu’il nous importe de surmonter définitivement. Marx, penseur par excellence de la contradiction, a été lui-même le penseur le plus contradictoire ou tiraillé qui soit. On peut en effet tout aussi légitimement le percevoir comme le plus empreint d’économisme ou le plus anti-économiciste, le plus utilitariste ou le plus anti-utilitariste, le plus humaniste ou le plus antihumaniste, le plus individualiste ou le plus holiste, le plus scientiste ou le plus antiscientiste, le plus libertaire et le plus autoritaire. Et surtout, à la fois le plus nihiliste et le plus optimiste.

Ce qu’il nous reste à déterminer, c’est le bon équilibre entre ces termes opposés. Et ce n’est pas chez les héritiers proclamés de Marx qu’on le trouvera, mais chez ceux qui s’en sont inspirés, pour le prolonger en le critiquant, comme Marx, critique impénitent, l’aurait fait lui-même : Hannah Arendt, Cornelius Castoriadis, André Gorz, Karl Polanyi et tant d’autres. Et, surtout, Marcel Mauss, de tous, curieusement, le plus proche de l’inspiration marxienne et celui qui apporte les réponses les plus profondes aux questions centrales soulevées par Marx [1].

Table des matières

Présentation, par Alain Caillé et Philippe Chanial

I / Que faire, que penser de Marx aujourd’hui ?

1. Ouvertures(s) : Marx indépassable, à dépasser

- Le progressisme de Marx et la politique athée. Quatre rapports possibles à Marx, par Christian Laval

- La décroissance comme projet politique de gauche, par Serge Latouche
- Marx, spiritualiste sans le savoir, par François Flahault

- De Marx à Mauss, sans passer par de Maistre ni Maurras, par Alain Caillé et Sylvain Dzimira

- Le « côté obscur » de la valeur et le don, par Anselme Jappé

- @ Crise économique globale ou crise des fondements symboliques du capitalisme ?, par Maxime Ouellet

- Les intérêts de classe et les forces morales, par Benoît Malon

- @ Au-delà du marxisme ? Le socialisme et l’association, par Eugène Fournière

- @ Le dépassement du marxisme, par Carlo Rosselli

2. Variations critiques sur quelques thèmes marxistes : révoltes, capitalisme, classes sociales, aliénation, etc.

- Ils avaient un monde à y gagner, par Paul Jorion

- Pourquoi se révolte-t-on ? Identité, intérêt, action, par Christian Lazzeri

- Quarante-huit thèses sur le capitalisme, par François Fourquet

- Le noyau dur de la théorie sociale de Marx : du fétichisme et de ses conséquences, par Jan Spurk

- @ Une nouvelle voie pour le matérialisme politique. Remarques sur l’anthropologie négative de Marx et l’anthropologie positive de Proudhon, par Bruno Frère

- Crise, économie et politique : le détour par un Marx antinaturaliste, par M. Kail et R. Sobel

- @ Quand l’objection de croissance révèle certains des impensés de la gauche, par Fabrice Flipo

- @ L’objection de croissance manquerait-elle de conscience ?, par Jean-Marie Harribey

3. Trois égo-histoires de marxisme

- Avec Marx, malgré tout, par Gérald Berthoud

- Oublier Marx, par Serge Latouche

- Une égo-histoire marxiste, par Alain Caillé

4. L’héritage vivant de Marx : Ardendt, Castoriadis, Gorz, Polanyi, etc...

- Hannah Arendt et Karl Polanyi : le libéralisme économique, l’effondrement du politique et la société de masse, par Geneviève Azam

- Karl Polanyi : une voix du siècle passé, par Michèle Cangiani

- André Gorz, un marxiste existentialiste. L’histoire et le sujet de l’histoire, par Françoise Gollain

- Espace public et émancipation chez Castoriadis, par Nicolas Poirier

- @ Marx et l’imaginaire II. Libre revue, par Jean-Louis Prat

II / Libre revue

- Sauvons l’Université : stoppons la recherche de subventions, par Rémi de Villeneuve

- Du pouvoir politique et du pouvoir du don : la dialogie fractale de l’Église catholique, par Olivier Bobineau

- L’écrivain sacrifié. Vie et mort de l’émission littéraire, par Patrick Tudoret

- @ L’équivoque du symbolique, par Vincent Descombes

@ Bibliothèque
Les auteurs de ce numéro
Réunions-débats

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 30 octobre 2009 Pour citer cet article : RDMP, « La Revue du MAUSS semestrielle n°34. Que faire, que penser de Marx aujourd’hui ?  », Revue du MAUSS permanente, 30 octobre 2009 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?La-Revue-du-MAUSS-semestrielle-577
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette