Du gouvernement à la gouvernance : crise ou ajustement de la régulation

Dans ce texte écrit quelques années avant la crise économique toujours en cours, le sociologue Jules Duchastel examine la manière dont l’application de l’idéologie néolibérale modifie la question de la légitimité politique en modernité. Ce faisant, l’auteur nous livre un texte éclairant, instructif et synthétique de plusieurs notions clés dans les débats actuels, notamment en ce qui a trait au néolibéralisme, la mondialisation, la citoyenneté, la société civile et la gouvernance. L’auteur montre comment le néolibéralisme poursuit le libéralisme et son projet d’une société régulée par des mécanismes et des procédures soi-disant neutres, dévoilant la part de croyance quasi aveugle au marché et à la démocratie qui les sous-tend. Questionnant les prétentions suivant lesquelles la gouvernance constituerait une nouvelle forme de participation démocratique, ces développements ouvrent néanmoins sur la possibilité d’une société civile mondiale qu’il faut encourager.
Jules Duchastel est l’ex-directeur et fondateur de la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, citoyenneté et démocratie de l’Université du Québec à Montréal (http://www.chaire-mcd.uqam.ca/). Cet article a paru originairement, sous le même titre, dans Raphaël Canet et Jules Duchastel (dir.), 2004, La régulation néolibérale. Crise ou ajustement ?, Montréal, Athéna, 390 p. ISBN 2-922865-26-6. Nous remercions les éditions Athéna pour l’autorisation de reprendre ce texte sur la RDMP. (FC)

Le néolibéralisme est devenu une réalité évidente pour la plupart des citoyens [1]. Pourtant, au début de la dernière décennie, ce terme était plus ou moins ignoré aussi bien d’ailleurs que celui de mondialisation [2]. Cela s’explique du fait que la transition d’un État providence, appuyant sa capacité de redistribuer la richesse sur des politiques économiques interventionnistes, à un État en retrait, ayant abandonné sa mission de créer de la demande, s’est effectuée dans la moyenne durée et de manière fort diverses [3]. La variété des réponses nationales aux défis de la mondialisation explique que le programme néolibéral n’est pas apparu avec la même force dans différents contextes nationaux. Il faut rappeler que ce programme a pris naissance au sein d’une communauté épistémique [4] d’experts oeuvrant dans les Grandes Organisations Internationales à vocation économique, tels que la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (communément appelée la Banque Mondiale), le Fonds Monétaire International (FMI), l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), etc. Dans les pays anglo-saxons, les forums scientifiques des économistes et les Think Tanks néoconservateurs se sont faits le relais enthousiaste de ces idées néolibérales alors qu’en France, par exemple, c’est au sein même de l’appareil étatique que ce programme a été promu par les hauts fonctionnaires de l’État [5]. Ce n’est que progressivement, selon des trajectoires particulières, que ce programme s’est répandu dans la sphère politique des États Nations. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, ce sont les chefs politiques (Margaret Thatcher et Ronald Reagan) qui s’en sont faits les champions alors que dans la France de François Mitterrand ou le Canada de Brian Mulroney, le programme néolibéral a semblé s’imposer de l’extérieur comme pur produit de la fatalité.

Pour lire la suite, télécharger le fichier pdf ci-dessous :

PDF - 378.4 ko

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 16 juin 2011 Pour citer cet article : Jules Duchastel, « Du gouvernement à la gouvernance : crise ou ajustement de la régulation », Revue du MAUSS permanente, 16 juin 2011 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Du-gouvernement-a-la-gouvernance
Notes

[1Texte paru dans : CANET, Raphaël et Jules DUCHASTEL (sous la dir.) (2004). La régulation néolibérale. Crise ou ajustement ? Montréal, Athéna Éditions

[2Nous avons été parmi les premiers à recourir au terme néolibéralisme pour désigner la nouvelle forme de l’État qui a commencé à se mettre en place au début des années 1980 au Québec et au Canada. Voir BOURQUE, Gilles et
Jules DUCHASTEL (1992). « Le Discours politique néo-libéral et les transformations actuelles de l’État », Discours ocial/Social Discourse, vol. 4, nos 3-4, pp. 77-95

[3Nous avons déjà noté cette ambivalence du discours gouvernemental face au changement d’orientation des politiques sociales. Voir BEAUCHEMIN, Jacques, Gilles BOURQUE et Jules DUCHASTEL (1995). « Du providentialisme au néolibéralisme : de Marsh à Axworthy. Un nouveau discours de légitimation de la régulation sociale », Cahiers de recherche sociologique, no 24, pp. 15-47

[4Hass définit une communauté épistémique comme un réseau d’experts ayant une compétence dans un domaine particulier et une autorité dans la définition de politiques. Cette communauté partage un ensemble de croyances normatives, une même idée de la causalité et de la validité dans leur pratique de connaissance et un ensemble de pratiques professionnelles orientées vers la résolution de problèmes communs. Voir HAAS, P. M. (1992). « Introduction : Epistemic Communities and International Policy Coordination ». International Organization, vol. 46, no 1.

[5Bruno Jobert montre bien qu’en France le tournant néo-libéral s’amorce dans les années soixante-dix au sein de l’ENA (École Nationale d’Administration) qui fournit l’essentiel du personnel de la haute fonction publique. Au début des années quatre-vingt, les économistes néolibéraux prennent le contrôle des ministères à vocation économique et des instituts de recherche économique, tel l’INSE. Voir JOBERT,Bruno (1994). Le tournant néolibéral en Europe, Paris, ed. L’Harmattan.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette