Alain Caillé (dir.), La quête de reconnaissance

Textes à l’appui / Bibliothèque du M.A.U.S.S., 304 p., 25 euros

À lire : une note de lecture de Philippe Arnaud - Le Monde Economie du 23 octobre 2007 - que nous mettons en ligne avec l’aimable autorisation de son auteur.

Présentation de l’éditeur

De plus en plus, dans tous les secteurs de la société, au travail, dans les relations entre groupes sociaux ou entre traditions culturelles ou religieuses, entre les sexes ou les générations, dans les rapports à l’État et l’administration, ou même en famille, les individus se sentent mal ou guère reconnus. Ils aspirent à la « reconnaissance », nouveau maître mot. De même au plan collectif : durant les deux derniers siècles, les luttes sociales se sont massivement présentées comme des luttes pour la redistribution de la richesse ; elles apparaissent principalement aujourd’hui comme des luttes pour être reconnus.
La thématique de la reconnaissance est ainsi devenue centrale en sociologie ou en philosophie politique, comme elle l’est dans la réalité même. Une société juste, pense-t-on maintenant souvent, est celle qui accorde à tous la reconnaissance sans laquelle nous ne saurions vivre. Mais pouvons-nous tous être reconnus, et reconnus à égalité dans nos singularités ? Qu’est-ce qui anime la demande de reconnaissance ? Et l’offre de reconnaissance, par les médias, les directions d’entreprise ou les appareils politiques, n’est-elle pas souvent illusoire et manipulatrice ? Qu’est-ce alors qu’une reconnaissance authentique ?
Sur toutes ces questions brûlantes, cet ouvrage apporte le diagnostic et les réponses de sociologues connus (et reconnus) et soulève une question inédite : l’étude des luttes de reconnaissance n’est-elle pas l’objet par excellence non reconnu de la sociologie, celui qui fonde son identité disciplinaire ?

Table des matières

Introduction, par Alain Caillé

I / Souffrance, sentiment d’injustice et quête de reconnaissance

- 1. Injustices et reconnaissance, par François Dubet
- 2. L’épreuve comme reconnaissance : ordalie et jeunes générations, par David Le Breton
- 3. Psychanalyse et psychodynamique du travail : ambiguïtés de la reconnaissance, par Christophe Dejours
- 4. Qualités du travail et critique de la reconnaissance, par Michel Lallement
- 5. Honneur, dignité et réciprocité, par Luis R. Cardoso de Oliveira

II / Tous reconnus ? De quelques difficultés du droit à la reconnaissance

- 6. La valeur d’un homme, par Patrick Pharo
- 7. De la théorie de la reconnaissance à la sociologie des valeurs, par Nathalie Heinich
- 8. Grammaire de la reconnaissance, individuation et ordres sociétaux, par Laurence Roulleau-Berger
- 9. Qui reconnaît-on ? L’identité dans la reconnaissance, par Shmuel Trigano
- 10. Le discours du respect , par Emmanuel Renault

III / Sociologie générale et théorie de la reconnaissance

- 11. Reconnaissance et sociologie, par Alain Caillé
- 12. La reconnaissance fait-elle société ? Pour un contre-Hobbes sociologique, par Philippe Chanial
- 13. Axel Honneth et la sociologie. Reconnaissance et théorie critique à l’épreuve de la recherche sociale, par Olivier Voirol
- 14. Reconnaissance : avec Paul Ricoeur et Axel Honneth, par Laurent Thévenot
- 15. Sociologie économique et théorie de la reconnaissance, par Jean-Louis Laville

Liste des auteurs.

Dans la presse

Une note de lecture de Philippe Arnaud, Le Monde Economie du 23 octobre 2007

Télécharger cette note : LeMonde.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 6 novembre 2007 Pour citer cet article : RDMP, « Alain Caillé (dir.), La quête de reconnaissance », Revue du MAUSS permanente, 6 novembre 2007 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Alain-Caille-dir-La-quete-de
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette