Pour un manifeste du convivialisme

Le Bord de l’eau, Paris, 2011, 12 euros.

Partout un autre monde cherche à s’inventer. A travers de multiples expériences, de multiples courants de pensée, sous de multiples appellations… Le pari ici présenté est que le nom qui cerne au plus près la doctrine commune qui se cherche est celui de convivialisme.
Un convivialisme qui ne prendra véritablement consistance que s’il s’assume comme une idéologie politique qui, à la fois, synthétise et dépasse les quatre grandes idéologies de la modernité : le libéralisme, le socialisme, l’anarchisme et le communisme, trop tributaires de leur commun soubassement utilitariste et économiciste pour affronter le défi central du monde actuel… celui d’affronter sa finitude.
Ce plaidoyer pour un manifeste du convivialisme vise à amorcer un travail collectif permettant de rendre effectivement manifeste ce qui est commun à toutes ces tentatives d’invention d’un monde post-néolibéral, plutôt que ce qui les divise.

Voir aussi la critique de Denis Clerc dans Alternatives économiques

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 9 novembre 2011 Pour citer cet article : RDMP, « Pour un manifeste du convivialisme », Revue du MAUSS permanente, 9 novembre 2011 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Pour-un-manifeste-du-convivialisme
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette