Jean-Louis Laville. Le travail.

Une nouvelle question politique

Desclée de Brouwer, Collection Solidarité et société, 2008, 233 p., 23 €.

Présentation de l’éditeur

« Gilda je t’aime, à bas le travail », « Travailler moins pour travailler tous », « Travailler plus pour gagner plus » : la succession des formules emblématiques témoigne du changement d’époque. Voici dix ans encore, on parlait de la disparition progressive du travail. Aujourd’hui, c’est l’éloge d’un travail sans limites qui domine. Mais il conduit au salarié jetable et au plein emploi précaire. Pourtant, le travail contemporain n’est pas que plaintes et souffrances. De multiples expériences réinventent un travail porteur de sens et de solidarité. Loin d’une fausse alternative entre fin du travail et travail sans fin, le défi consiste à articuler les initiatives de la société civile avec des politiques publiques appropriées. Contre l’économisme, Jean-Louis Laville remet le travail au cœur de la question politique. Sans revenir aux compromis du passé, mais en restant attaché aux visées d’émancipation et d’égalité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 14 novembre 2008 Pour citer cet article : , « Jean-Louis Laville. Le travail. , Une nouvelle question politique », Revue du MAUSS permanente, 14 novembre 2008 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Jean-Louis-Laville-Le-travail
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette