Une société de chiens

Petit voyage dans le cynisme ambiant

Le Seuil, Paris, 2006, 219 p., 18 €

Article publié à l’origine dans la Revue du MAUSS n° 27

Ne confondons pas le cynisme antique – contestataire effectif du monde établi et que, suivant Sloterdijk, il vaudrait peut-être mieux appeler kunisme – et le cynisme contemporain dont les sectateurs, innombrables, ne jouent les affranchis et la critique du monde social que pour mieux s’y faire leur place. Le cynisme, facteur premier de la démesure, maladie de l’époque, variante plate du nihilisme, triomphe de l’utilitarisme ? C’est ce que suggère É. Dupin, qui montre comment, de Thierry Ardisson à Nicolas Sarkozy en passant par Jean-Marie Messier ou Bernard-Henri Lévy, les cyniques « tiennent le haut du pavé ». Pas étonnant quand on sait que près de 50 % de la population américaine se définit comme cynique [p. 213]. Bonne mesure de la progression du mal. Une bien utile contribution à la critique anti-utilitariste empirique du monde tel qu’il est.

Alain Caillé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 13 février 2007 Pour citer cet article : Alain Caillé, « Une société de chiens, Petit voyage dans le cynisme ambiant », Revue du MAUSS permanente, 13 février 2007 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Une-societe-de-chiens
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette