Marcel Mauss retrouvé. Origines de l’anthropologie du rythme

Paris, Rhuthmos, coll. en ligne, 2010.

Marcel Mauss est l’un de ceux qui ont le plus fait pour la théorie du rythme au XXe siècle... L’objet de cet essai est de remettre en question l’effacement de cet aspect de son œuvre, de restituer cette dimension essentielle à la compréhension de l’œuvre de Marcel Mauss et de montrer en quoi celle-ci peut aujourd’hui nous aider dans la reconstruction épistémologique dont nous avons besoin pour affronter le monde qui vient. (P.M.)

Avant-propos

Marcel Mauss est l’un de ceux qui ont le plus fait pour la théorie du rythme au XXe siècle1 [1]. Pourtant, parmi ses héritiers directs, seul Gurvitch a prolongé, sous une forme du reste très limitée, sa réflexion. Chez Lévi-Strauss, qui place sur le devant de la scène scientifique la notion de structure, le rythme disparaît presque totalement. Il en est de même dans la lecture politique, qui se veut alternative à celle de Lévi-Strauss, donnée par Lefort. Le rythme ne reste une préoccupation que chez des maussiens marginaux comme Bataille ou Caillois, ou encore en paléoanthropologie chez Leroi-Gourhan. Benveniste lui rend hommage dans son essai sur le rythme en Grèce ancienne, mais c’est de manière allusive sans le citer directement. Aujourd’hui, il est largement ignoré du Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales, qui veut continuer la réflexion engagée avec l’essai sur le don sans prêter toutefois aucune attention à cet aspect du travail maussien. Il n’apparaît pas non plus dans les derniers travaux qui lui ont été consacrés par Maurice Godelier et Vincent Descombes [2].
L’objet de cet essai est de combattre cet effacement, en restituant cette dimension essentielle à la compréhension de l’oeuvre de Marcel Mauss et en montrant en quoi celle-ci peut aujourd’hui nous aider dans la reconstruction épistémologique dont nous avons besoin pour affronter le monde qui vient [3].

Pour cela, nous prendrons pour fil directeur la question de la « personne ». Ce thème, central chez Mauss, permet en effet de restituer la manière complexe dont il a posé les bases d’une anthropologie du rythme, qui s’inscrivait par avance en faux contre la lecture structurale et ses héritières, tout en s’émancipant graduellement – non du reste sans quelques hésitations et retours – des conceptions durkheimiennes.

Accéder librement au texte :

http://www.rhuthmos.eu/spip.php?article92

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

// Article publié le 21 décembre 2010 Pour citer cet article : Pascal Michon, « Marcel Mauss retrouvé. Origines de l’anthropologie du rythme », Revue du MAUSS permanente, 21 décembre 2010 [en ligne].
http://www.journaldumauss.net/./?Marcel-Mauss-retrouve-Origines-de
Notes

[1Une recension presque complète des travaux de Mauss a été publiée sous le titre : Œuvres, Paris, Minuit, 1968-1969 : vol. I Les fonctions sociales du sacré ; vol. II Représentations collectives et diversité des civilisations ; vol. III Cohésion sociale et divisions de la sociologie. Le reste de ses travaux scientifiques a été publié, avec une introduction de C. Lévi-Strauss, dans Sociologie et anthropologie, Paris, P.U.F, 1950.
N.B. : Quand il existe des divergences de dates entre celles indiquées par cette édition, celles fournies par Victor Karady dans le titre du texte, ou encore, dans la chronologie que celui-ci a dressée à la fin du vol. III, nous adoptons cette dernière.

[2G. Gurvitch, La Vocation actuelle de la sociologie (1950), Paris, P.U.F., 2 vol., rééd. aug. 1963 ; G. Gurvitch (dir.), Traité de sociologie, 2 vol., Paris, P.U.F., 1958-60 ; G. Gurvitch, Dialectique et sociologie, Paris, Flammarion, 1962. - Cl. Lévi-Strauss, « Introduction à l’oeuvre de Mauss » in M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, P.U.F. 1950, p. I-LII. - Cl. Lefort, « L’échange et la lutte des hommes », Les Temps modernes, N° 63, Paris, 1951. Rééd. dans Les Formes de l’histoire. Essais d’anthropologie politique, Paris, Gallimard, 1978. - G. Bataille, La Part maudite, Paris, Minuit, 1949 ; D. Hollier, Le Collège de Sociologie, Paris, Gallimard, 1995. - A. Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole, Paris, Albin Michel, 1964-65. - É. Benveniste, « La notion de “rythme” dans son ex-pression linguistique », Problèmes de linguistique générale, Paris, Galli-mard, 1966. - A. Caillé, Anthropologie du don. Le tiers paradigme, Paris, Desclée de Brouwer, 2000. - M. Godelier, L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1996. - V. Descombes, Les Institutions du sens, Paris, Minuit, 1996.

[3Cet essai complète ainsi une enquête dont les premiers résultats ont été publiés dans P. Michon, Rythmes, pouvoir, mondialisation, Paris, PUF, 2005 et Les Rythmes du politique. Démocratie et capitalisme mondialisé, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette